Une cohésion sociale hors norme

Les abeilles : un monde fascinant

Apparu sur Terre il y a plusieurs centaines de millions d’années avec l’émergence des plantes à fleurs, les abeilles ont connu et survécu aux dinosaures !

Véritables insectes sociaux, ils forment une société dans laquelle chaque individu participe à la vie de la communauté, pour la survie du groupe, n’hésitant pas à se sacrifier. Une reine, 40 000 ouvrières et 2000 mâles appelés faux bourdons forment une colonie d’abeilles vivant dans une ruche.

Mère de tous les individus du superorganisme

40 000 abeilles autour d'une reine

La reine, morphologiquement plus grande que ses filles a pour unique mission de pondre. En pleine saison, elle dépose dans le fond des alvéoles plus de 2000 œufs par jour !

Elle est constamment entourée d’une cour d’ouvrières dévouées qui s’occupe de la nourrir et de lui faire sa toilette. Quelques jours après sa naissance, elle s’accouple en plein vol avec une douzaine de faux bourdons afin de remplir sa « spermathèque » avec le maximum de variabilité génétique. De retour à la ruche après ce vol nuptial, elle commencera son travail de pondeuse tous les jours sauf en hiver.

Elle peut vivre quatre années et pondre plus d’un million d’œufs qui deviendront soit des ouvrières, soit des faux bourdons.

On se demande toujours comment une reine devient reine ?! C’est mystérieusement la nourriture qui détermine la caste : la gelée royale est administrée exclusivement aux jeunes larves qui deviendront des futures reines.

Le point bleu sur son thorax n’est pas naturel ! L’apiculteur utilise un marquage spécifique pour connaître l’âge de ses reines et maîtriser son élevage.

Sept métiers sans jamais s'arrêter !

Les ouvrières : des ingénieuses laborieuses

Au cours de leur vie, les abeilles ouvrières réalisent sept métiers que l’on peut assimiler à nous les humains.

Elles commencent par être femmes de ménage : elles nettoient avec une attention extrême les alvéoles de cire prêtes à recevoir du nectar, du pollen ou de la ponte.

Trois jours plus tard, elles deviennent nourrices et ont la responsabilité d’alimenter toutes les larves suivant leur croissance.

Ensuite elles deviennent architectes et participent à la construction des rayons grâce au développement de leurs glandes cirières. La géométrie hexagonale des cellules est un véritable chef d’œuvre permettant d’optimiser au maximum l’espace de stockage et de solidifier l’ensemble de la structure. Par ailleurs les hommes utilisent cette géométrie depuis des siècles dans de nombreux domaines.

On parle souvent de logistique dans une ruche : les ouvrières deviennent magasinières et s’occupent de réceptionner le nectar et le pollen puis le stockent dans les alvéoles.

Il existe également un véritable système de chauffage au sein d’une colonie : les ouvrières assurent la climatisation en devenant ventileuses. Elles doivent en permanence réchauffer le volume de la ruche à une température de 35 degrés au centre du couvain pour assurer le bon développement de leurs soeurs et demi-soeurs !

Gare aux intrusions, les abeilles pillardes, les frelons ou de tout autre animal essayant de pénétrer dans la ruche seront repoussés par les gardiennes. Ces dernières n’hésitent pas à piquer leurs ennemis même si elles doivent y laisser leur vie.

Enfin, au bout de trois semaines, elles prennent leur envol et deviennent butineuses. Elles meurent d’épuisement suite à des allers retours incessants des fleurs à la ruche transportant plus de la moitié de leur propre poids en nourriture à chacun des voyages.

La durée de vie des ouvrières dépend de la distance parcourue. Elles peuvent effectuer jusqu’à 800 km avant que leurs muscles alaires (les ailes) ne finissent par succomber. Les abeilles ouvrières vivent six semaines l’été et jusqu’à six mois l’hiver du fait qu’elles ne butinent pas !

A la conquête d'une reine !

De gros yeux pour le faux bourdon

Les faux bourdons (à ne pas confondre avec le bourdon) sont issus d’œufs non fécondés. Ils ne nettoient pas, ne construisent pas, ne butinent pas, ne piquent pas… ils vagabondent de ruche en ruche à la recherche d’une reine vierge.

Leur unique mission est alors de féconder les reines. Lorsqu’un mâle a l’honneur de s’accoupler à une reine, il meurt aussitôt après en s’écrasant au sol car ses organes génitaux resteront accrochés à la reine ! On attribue ses gros yeux afin qu’il ne perde pas de vue les potentielles reines en quête d’accouplement.


LES PRODUITS DE LA RUCHE

40 000 km parcourus pour 1 kg !

Miel

Nourriture glucidique des abeilles, le miel provient du nectar récolté par les butineuses sur le pistil des fleurs. Constitué au départ de saccharose et de 80 % d’eau, les abeilles le transforment en miel à partir de leur enzymes. Le miel est composé principalement de fructose, de glucose et d’eau. Le sucre contenu dans le miel possède des qualités nutritionnelles exceptionnelles : vitamines, minéraux, oligo-éléments, flavonoïdes. C’est un médicament par nature, le consommer quotidiennement contribue à rester en bonne santé.

Un concentré de protéines

Pollen

Indispensables protéines des abeilles, le pollen est composé de minuscules grains provenant des étamines des fleurs. Les butineuses transportent ces milliers de grains de pollen en formant des pelotes qu’elles accrochent sur leur troisième paire de pattes nommée « corbeilles à pollen ». La pollinisation dépend en majeure partie des insectes pollinisateurs qui en se nourrissant participent à la reproduction des végétaux. Riche en protéines végétales, le pollen peut être consommé sous forme de cure plusieurs fois dans l’année. Il est excellent pour le système digestif.

L'anti-bactérien de la ruche

Propolis

Il s’agit d’une matière résineuse provenant de la sécrétion des bourgeons des arbres (sapin, chêne, bouleau, frêne, peuplier, prunier…) Les abeilles récoltent la propolis pour colmater des fissures, des trous dans la ruche ou embaumer des cadavres pour éviter leur putréfaction. Avec ses propriétés anti-bactériennes, anti-oxydantes et anti-virales, la propolis représente la bonne santé de la ruche. Associée avec du miel, la propolis est exceptionnelle pour la cicatrisation ou pour soigner les rhumes.

Une construction digne du génie

Cire

Durant des millénaires, sa valeur marchande était supérieure à celle du miel car elle servait à confectionner des cierges, des bougies et officialiser les documents par l’intermédiaire de sceaux. La cire provient de la sécrétion des glandes cirières des abeilles servant à fabriquer les alvéoles dans la ruche. Pour produire 1 kg de cire, les « cirières » consomment 8 kg de miel qui permettra de fabriquer assez d’alvéoles pour stocker 27 kg de miel !

Le mystère de la ruche

Gelée royale

Nourriture exclusive de la reine tout au long de sa vie et de toutes les larves jusqu’à leur troisième jour. La gelée royale provient de la sécrétion des glandes hypopharyngiennes et mandibulaires des abeilles « nourrices ». La reine consomme à sa naissance un concentré de gelée royale et vit 40 à 50 fois plus longtemps que l’abeille ouvrière. La gelée royale est toujours considérée comme un produit mystère pour l’homme.  Elle contient vitamines, minéraux, acétylcholine, acides aminés. Elle renforce les défenses immunitaires et revitalise l’organisme.


Les abeilles en chiffres

0

nombre de kilomètres parcourus par les abeilles pour récolter 1 kg de miel

0

durée de vie de l'abeille

0

nourriture consommée par l'homme grâce aux abeilles

0

nombre d'œufs pondus par la reine chaque jour

0

rayon de vol des butineuses soit 6000 terrains de foot

0

quantité de végétaux qui disparaitraient sans les abeilles et autres pollinisateurs

0

population moyenne d’abeilles par ruche

0

durée de vie de la reine

0

vitesse de pointe des butineuses

0

température assurée par les abeilles par thermorégulation dans la ruche

0

chiffre d’affaires mondial annuel en dollars réalisé grâce à la pollinisation des abeilles

0

l'abeille réalise sept métiers différents au cours de sa vie